La dernier homme et la fin de la revolution: Foucault apres Mai 68

Daniel Zamora, Mitchell Dean

Research output: Book/ReportBookResearchpeer-review

Abstract

La dernière décennie de Michel Foucault a coïncidé avec l’agonie des espoirs de transformation sociale qui avaient marqué l’après-guerre. Face à cette «fin de la révolution», le philosophe a tenté de réinventer la manière dont nous pensons la politique et la résistance, ce que sa génération n’avait, jugeait-il, pas réussi à faire.
C’est dans cette perspective qu’il s’est intéressé au néolibéralisme en tant qu’outil permettant de repenser les fondements conceptuels de la gauche et d’imaginer une gouvernementalité plus tolérante aux expérimentations sociales, ouvrant un espace aux pratiques minoritaires et à une plus grande autonomie du sujet vis-à-vis de lui-même. Le moyen, en somme, de réaliser le projet énoncé à la fin de sa vie, celui de n’être «pas tellement gouverné». Et c’est ainsi que, dans sa quête d’une «gouvernementalité de gauche», Foucault a anticipé et contribué, en quelque sorte, au façonnement de la situation politique contemporaine.
Original languageFrench
Place of PublicationMontreal
PublisherLux Editeur
Number of pages224
ISBN (Print)9782895967675
ISBN (Electronic)9782895969570, 9782895967675
Publication statusPublished - 2019
SeriesFutur proche

Bibliographical note

CBS Library does not have access to the material

Cite this